Association Hôtellerie Québec

L’AHQ présente au troisième Forum Reformbnb

Dernière mise à jour par Nicolas Dufour - 10 décembre 2019
Imprimer

Le président du conseil d’administration de l’Association Hôtellerie Québec (AHQ), Monsieur Dany Thibault, représentait l’ensemble de l’industrie hôtelière canadienne dans le cadre du forum mondial Reformbnb, qui se déroulait du 4 au 5 novembre à Buenos Aires. Forum de réflexion unique, ce groupement de 32 villes et de 22 pays a pour objectif une mise en commun des avancées législatives entourant l’hébergement collaboratif et de ses impacts socio-économiques partout dans le monde.

« Ce forum est une occasion en or pour les hôteliers québécois de présenter les gains obtenus par notre industrie dans le débat entourant les sites de location d’hébergement collaboratif. Le Québec a fait des avancées intéressantes dans les dernières années sur le dossier. Cette mise en commun à l’international permet à tous d’apprécier les bonnes pratiques d’ailleurs, de s’inspirer et de faire front commun sur des enjeux qui nous touchent tous, tel l’équité fiscale. Présentement, toute une industrie ne joue pas sur la même patinoire que nous, donc, ne sont pas soumis aux mêmes règles du jeu que nous. C’est de l’argent qui échappe au trésor public québécois et canadien. L’hébergement collaboratif crée des impacts qui se répercutent aussi sur l’offre de logement, à Montréal et partout dans le monde, haussant les prix des loyers pour les résidents locaux. Nous apprenons des autres villes, mais ce sont des réalités négatives que nous connaissons et vivons à Montréal, Québec et ailleurs. » d’expliquer Dany Thibault, président du conseil d’administration de l’AHQ.

« Notre industrie hôtelière québécoise est précurseur de bonnes mesures à appliquer pour mieux encadrer le secteur de l’hébergement. En partenaire du gouvernement, nous avons bien représenté notre industrie et obtenu certains gains en proposant des solutions simples et efficaces pour le législateur. C’est un bon pas dans la bonne direction, mais il reste encore du chemin à faire. Des demandes importantes sont encore sur la table, tel la collecte de la TVQ et la TPS dès le 1e dollar, des mesures pour lutter contre l’évasion fiscale et des outils pour éviter la commercialisation de l’hébergement collaboratif par des joueurs qui ne pairent pas leur juste part. Nos hôteliers sont fiers de contribuer à l’économie québécoise de façon significative, nous souhaitons que tous y participent aussi. » de mentionner Xavier Gret, président-directeur général de l’AHQ.

Suite à l’adoption de la loi 67 en 2016 ainsi que l’annonce sur l’introduction des modifications règlementaires par la Ministre du Tourisme, Madame Caroline Proulx, en juin 2019, le Québec fait bonne figure en matière d’encadrement de l’hébergement collaboratif dans le monde. Reformbnb permet à tous de revenir avec des propositions de bonifications quant à l’hébergement collaboratif tout en analysant ses impacts.

Plusieurs pistes de réflexion sont sorties de cette troisième édition. Tout d’abord, Reformbnb passe d’un forum d’échange de pratique à un regroupement plus structuré. Ainsi, sans être une association constituée comme telle, elle se donnera toutefois des pratiques et des lignes directrices comme regroupement pour mieux porter son message. Plusieurs présentations nous ont aussi permis de découvrir les impacts néfastes des plateformes d’hébergement collaboratif sur le prix des logements dans les grandes villes. La conversion d’unité d’habitation long-terme en unité de location court-terme entraine un impact direct sur le nombre d’unité d’habitation disponible. Cela a une incidence directe sur une augmentation de prix de loyer dans les centres urbains. Une étude de l’Université South California démontre justement que l’arrivée d’unité d’hébergement collaboratif fait pression sur le secteur et culmine avec une augmentation de 0,018% du prix moyen des loyers dans le secteur. Les prochaines actions concernant l’hébergement collaboratif s’orienteront donc vers les impacts de ces entreprises dans le secteur de l’hébergement sur un territoire donné.

Le Forum a aussi permis de dégager les bonnes et les mauvaises pratiques en matière d’encadrement de l’hébergement collaboratif. Après une recension de ce qui se fait dans le monde, le regroupement a identifié les aspects qui faisait qu’une législation soit effective, comparativement à ce qui la rend inefficace.

Dans les bonnes pratiques :

  • Mettre en place l’enregistrement obligatoire de la résidence locative
  • Une acceptabilité sociale de la part des copropriétaires ou des locateurs (pour un immeuble)
  • Limiter le nombre de jours disponible pour une résidence en location court-terme, imposer des amendes aux contrevenants,
  • Diffuser notre message par les médias de masse.

Dans les mauvaises pratiques :

  • Des règles de taxations parfois floues établies un peu partout dans le monde
  • Un système d’enregistrement complexe donc facilement déboutable en cour
  • Que les voisins n’aient pas de mécanisme pour s’exprimer sur la présence d’hébergement collaboratif dans leur quartier
  • Des lois inadéquates pour répondre au problème
  • Le manque d’information sur les droits et obligations des citoyens souhaitant inscrire sa résidence sur une plateforme d’hébergement collaboratif.

À propos de REFORMBNB

C’est le premier sommet international des associations hôtelières confrontées au défi de la location de courte durée. Le mouvement ReformBnB, un réseau d’associations hôtelières et d’autres groupes qui militent pour une réglementation fondée sur le bon sens dans l’industrie, fut lancée en novembre 2018 à New York.

C’était la première fois que l’industrie hôtelière mondiale s’unissait sur cette question. Des représentants de l’industrie hôtelière de 20 pays et de 30 villes. Les participants venaient d’endroits aussi éloignés que New York, Paris, Buenos Aires, Barcelone, Perth, Montréal et Tokyo.

Des invités et des intervenants extérieurs à l’industrie hôtelière, notamment des politiciens britanniques, chiliens et new-yorkais, des universitaires et des organisations locales de logement et communautaires, étaient présents pour réclamer une réforme du secteur. Le sommet de Buenos Aires est le troisième du groupe, après celui de New York (novembre 2018) et Barcelone (avril 2019).

Suite au Forum Reformbnb Buenos Aires, le mouvement a décidé de devenir une organisation officielle qui portera désormais le nom de Global Reform Rbnb, poussant à un autre niveau la démarche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Articles récents

    Lettre - Ministère du Tourisme

    Québec, le 22 juin 2020 Monsieur Xavier Gret Directeur général Association Hôtellerie Québec 450, chemin de Chambly, bureau 100 Longueuil (Québec) J4H 3L7 Monsieur le Directeur ...

    Formation pour les gestionnaires et employeurs dans le contexte de la pandémie de COVID-19

    Après la sortie de sa formation s’adressant aux employés, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) lance une deuxième formation ...

    Fonds disponibles pour améliorer l’accessibilité.

    Fonds disponibles pour améliorer l’accessibilité.   Nous souhaitons vous informer d’une possibilité de financement qui pourrait vous intéresser, ou intéresser votre réseau.   Les ...