Association Hôtellerie Québec

Comité de modernisation du système de classification de l’hébergement touristique

Dernière mise à jour par Nicolas Dufour - 24 janvier 2020
Imprimer

À la fin de l’automne dernier, le Gouvernement du Québec a annoncé, par sa Ministre du Tourisme, la création d’un comité qui a comme objectif de moderniser la classification en hébergement touristique. À titre de spécialiste du secteur de l’hébergement touristique, l’Association Hôtellerie Québec fut invitée à participer aux travaux du comité, piloté par Guillaume Lavoie, chargé de cours à l’ÉNAP et expert en économie collaborative.

Les membres participants au comité furent donc choisis par le ministère du Tourisme en collaboration avec le président du comité, Guillaume Lavoie. Nous avons fait des démarches auprès des instances décisionnelles pour assurer une plus grande représentation de nos hôteliers, notamment nos membres en région et nos hôteliers indépendants, autour de la table de discussion. Notre objectif était d’avoir une représentation plus juste de l’ensemble des réalités de notre secteur économique. Les places étant comptées, nous avons opté pour une autre stratégie, soit celle d’inviter à chacune des trois rencontres du comité des acteurs de notre milieu pour faire connaître une réalité différente à chaque occasion.

À cet effet, je profite de l’occasion pour remercier Marjolaine De Sa, Directrice générale de l’Association hôtelière de la région de Québec, ainsi que Caroline Milot, Vice-présidente de l’Association Hôtellerie Québec et propriétaire-gestionnaire de l’Hôtel et Suites Le Dauphin de Drummondville et de l’Hôtel Le Dauphin de Québec, d’avoir participé à ce comité à titre d’invitées de l’AHQ. Leurs présences ont permis de faire connaître aux autres membres du comité les réalités que vivent les hôteliers, tant du point de vue associatif (représentant l’ensemble des membres) que du point de vue des propriétaires d’établissements, en région et indépendants.

Plusieurs hôteliers étaient inquiets qu’une modernisation du système de classification nous retire des armes contre les entreprises d’hébergement collaboratifs. Or, rien n’est plus faux. La volonté de procéder dans le dossier de la part du gouvernement ne changera pas les modifications réglementaires déjà en vigueur pour contrer les effets néfastes du phénomène. Les balises misent en place pour contrôler ce type d’industrie ne changeront pas si le Gouvernement du Québec décide de moderniser le système de classification. Les obligations resteront en place. Les deux dossiers doivent être analysés distinctement. L’un n’a pas d’impact sur l’autre et vice-versa. Ce sont deux dossiers complètement différents.

La présence d’AirBnb et de Sonder au sein du comité servait notamment à s’assurer qu’ils soient sur la même longueur d’onde que notre industrie. Ce fut l’occasion pour eux de comprendre que si modification il y a, ils auront des impacts et devront les assumer, comme nous hôteliers assumons. Ainsi, en étant tous autour d’une table, personne n’aura de mauvaise surprise, ou nous n’aurons pas le privilège de dire que nous n’avons pas été entendus. Ils ont fait valoir leurs arguments, comme nous, et le gouvernement dictera par la suite la voie qu’il privilégie. Mais une belle collaboration s’est faite tout au long du comité. Nous avons bon espoir d’avoir été entendu!

Nous ne voulons pas reculer sur nos acquis, bien au contraire. Nous avons donc navigué à travers ce comité avec en tête comme objectif d’assurer que le système de classification, revu ou non, soit : collé sur les nouvelles réalités du marché (en constante évolution) et non embourbé dans un statu quo pénalisant les hôteliers innovateurs, que le système de classification répond aux besoins de nos hôteliers, particulièrement ceux indépendants et en région, et que nos hôteliers aient la capacité, ensemble et par leur association, à avoir une capacité d’influencer sur les décisions prisent qui auront par la suite un impact chez vous.

Toutefois, une modernisation du système de classification, système mis en place à l’époque pour donner suite aux demandes de l’AHQ, peut représenter une occasion de revoir nos méthodes et nos façons de faire, libérant la créativité de nos entrepreneurs en hôtellerie. Voyons ce moment avec les bénéfices qui pourraient en être obtenus, plutôt que focusser sur les défis qui se dresseront devant nous. Aussi, le gouvernement, de part ce comité, n’en est qu’à une première étape dans un long cheminement. Nous pourrons donc vous informer au fur et à mesure, et nul doute que cette modernisation sera au cœur de nos discussions dans les prochains mois.

Une réponse à “Comité de modernisation du système de classification de l’hébergement touristique”

  1. Gérard Nadeau dit :

    En 2019, notre Auberge de 7 chambres a loué 1075 nuitées dont 17% par l’entremise de Booking.com. Les clients de Booking nous ont accordé une note de 9.0 sur 10.0 alors que notre classification CITQ est de deux étoiles. Espérons que la modernisation du système de classement nous sera favorable. Pour ma part, augmenter la catégorie des gîtes à 10 chambres et moins ferait mon affaire car nous obtiendrions 3 ou 4 soleils et cela serait mieux pour notre image.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Articles récents

    Lettre - Ministère du Tourisme

    Québec, le 22 juin 2020 Monsieur Xavier Gret Directeur général Association Hôtellerie Québec 450, chemin de Chambly, bureau 100 Longueuil (Québec) J4H 3L7 Monsieur le Directeur ...

    Formation pour les gestionnaires et employeurs dans le contexte de la pandémie de COVID-19

    Après la sortie de sa formation s’adressant aux employés, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) lance une deuxième formation ...

    Fonds disponibles pour améliorer l’accessibilité.

    Fonds disponibles pour améliorer l’accessibilité.   Nous souhaitons vous informer d’une possibilité de financement qui pourrait vous intéresser, ou intéresser votre réseau.   Les ...