Association Hôtellerie Québec

Précisions sur les mesures de contrôle dans les milieux de travail – COVID-19

Dernière mise à jour par Nicolas Dufour - 4 novembre 2020
Imprimer

Précisions sur les mesures de contrôle dans les milieux de travail – COVID-19

Considérant la situation sanitaire actuelle reliée à la COVID-19, la CNESST tient à rappeler aux employeurs et aux travailleurs qu’il est essentiel d’appliquer les mesures de prévention requises pour réduire et contrôler les risques de contamination dans les milieux de travail.

L’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité du travailleur. Il doit notamment lui fournir gratuitement tous les moyens et les équipements de protection requis. Les guides de normes sanitaires de la CNESST prévoient cinq principes qui doivent être respectés pour contrôler les risques liés à la COVID 19 : l’exclusion des personnes symptomatiques des lieux de travail, la distanciation physique, le lavage des mains, l’étiquette respiratoire et le maintien de mesures d’hygiène avec les outils, les équipements et les surfaces fréquemment touchés.

Le principe de la distanciation physique réunit trois mesures clés :

  1. L’employeur doit revoir l’organisation du travail pour s’assurer qu’une distance d’au moins 2 mètres entre le travailleur ou la travailleuse et toute autre personne (travailleur, client, fournisseur, etc.) est maintenue en tout temps.
  2. Lorsque ce n’est pas possible et si la configuration du milieu de travail le permet, des barrières physiques (par exemple, un panneau de Plexiglas) sont installées entre le travailleur ou la travailleuse et toute autre personne.
  3. En dernier recours, lorsque le travailleur ou la travailleuse doit obligatoirement avoir des interactions avec toute autre personne à moins de 2 mètres, il ou elle doit porter les deux équipements de protection suivants :
    • Masque de procédure ET
    • Protection oculaire (lunettes de protection ou visière).

Il est possible de porter uniquement un masque de procédure dans le cas où les travailleurs portent TOUS un masque de procédure et qu’ils n’ont aucune interaction avec la clientèle. Le port de la protection oculaire demeure obligatoire pour les interactions à moins de 2 mètres, sans barrière physique, avec les clients portant un couvre-visage.

La visière seule n’offre pas une protection suffisante. Toutefois, lorsqu’une analyse de risque rigoureuse démontre que le port du masque de procédure entraîne un risque

pour la santé ou la sécurité du travailleur ou de la travailleuse, le port d’une visière seule recouvrant le visage jusqu’au menton peut être une solution exceptionnelle à appliquer en dernier recours.

Une interaction brève et peu fréquente telle que croiser quelqu’un dans un corridor ou un escalier sans équipement de protection représente un risque négligeable et acceptable. L’INSPQ recommande que le cumul de ce type de brèves interactions avec quiconque ne dépasse pas un maximum de 15 minutes par quart de travail. Il est suggéré que le milieu évalue préalablement les déplacements durant un quart de travail, en tenant compte des imprévus.

Le port du couvre-visage réutilisable n’est PAS approprié au travail

Le couvre-visage réutilisable vise à protéger les individus autour du porteur contre la projection de gouttelettes. Pour l’instant, aucune norme de fabrication et aucun critère de qualité reconnus au Canada n’encadrent la production des couvre-visages. Ce type de protection peut être considéré comme une mesure supplémentaire. Il peut être porté par les travailleurs et les travailleuses en supplément des mesures expliquées ci-dessus.

Le masque de procédure assure la protection du travailleur ou de la travailleuse et celle des individus qui l’entourent contre la projection de gouttelettes. Sa qualité de fabrication est certifiée (ASTM F2100 ou équivalent), sa filtration est plus efficace, son ajustement est généralement meilleur et il offre habituellement une plus grande respirabilité que le couvre-visage.

Impacts du décret sur le port du couvre-visage dans les lieux publics intérieurs

Ce décret rend obligatoire, pour le public, le port du couvre-visage dans certains endroits fermés ou partiellement couverts, mais ne change pratiquement rien pour les travailleurs. Pour ces derniers, ce sont les guides de normes sanitaires en milieu de travail COVID-19 de la CNESST qui continuent de s’appliquer.

Pour plus de détails ou pour connaître les obligations des employeurs et des travailleurs, consulter la trousse COVID-19 publiée par la CNESST.

Télécharger dès maintenant l’aide-mémoire « Comment limiter la propagation de la COVID 19 au travail? » et n’hésitez pas à l’afficher dans vos milieux de travail.

Articles de référence - guides de normes sanitaires, si la configuration du milieu de travail le permet, uniquement un masque de procédure, La visière seule n’offre pas une protection suffisante, décret sur le port du couvre-visage, consulter la trousse COVID-19, Comment limiter la propagation de la COVID 19 au travail?.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Articles récents

    Expansion du soutien aux travailleurs et aux petites entreprises

    Chers membres, Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a annoncé ce matin l'assouplissement des critières d'admission au Compte d’urgence pour les ...

    ACCÈS AU PIRTE POUR LES TRAVAILLEURS DU SECTEUR DE L'HÔTELLERIE

    LES EMPLOYÉS DU SECTEUR DE L'HÔTELLERIE ACCÈDENT  AU PROGRAMME INCITATIF POUR LA RÉTENTION DES TRAVAILLEURS ESSENTIELS (PIRTE) Chers membres, Considérés comme « service ...