Skip to main content

75e anniversaire de l'AHQ

1949-2024

L’année 2024 marque le 75e anniversaire de l’Association Hôtellerie du Québec. C’est en 1949 qu’est née l’AHQ, d’abord comme l’Association professionnelle des hôteliers du Québec, fusion de l’Association des hôteliers de la province de Québec et l‘Association des hôteliers de campagne. Plus tard, une nouvelle association, dénommée Association des hôteliers de la province de Québec, voit le jour. Elle compte alors 903 membres et devient ainsi le porte-parole officiel de la profession auprès des autorités compétentes qui deviendra ensuite l’actuelle Association Hôtellerie du Québec.

Restez connectés, de belles surprises vous attendent tout au long de l’année!

Saviez-vous que ?

C’est avec une grande joie que l’AHQ entame les festivités de sa 75e année d’existence en lançant une série de quiz captivants intitulée « Saviez-vous que? ».
Embarquez avec nous pour un voyage dans le temps, précisément à partir de 1949, une année clé dans l’histoire de notre association et de l’industrie hôtelière.

Répondez à la question de la semaine!

Réponses des quiz passés

Qui a fondé l’Association des hôteliers du Québec en 1949 ? Cliquez pour découvrir la réponse!

Le fondateur de l’Association des hôteliers du Québec est Me Gérard Delage.

Biographie de Me Gérard Delage

M. Delage s’est illustré en tant que figure emblématique de l’industrie dès 1944 lorsqu’il fut nommé conseiller juridique de l’Association des hôteliers de campagne, qui fut ultérieurement rebaptisée l’Association professionnelle des hôteliers du Québec. Au fil des années, il a élargi son champ d’action en assumant également le rôle d’administrateur de l’Association des hôteliers de la province de Québec, fonction qu’il a exercée avec dévouement jusqu’en 1980.

Sa contribution exceptionnelle s’est manifestée à travers une implication active dans d’innombrables débats et démarches. Grâce à ses efforts incessants, l’industrie touristique a connu des avancées significatives, telles que la libéralisation de la législation entourant les boissons alcooliques, la création d’un ministère dédié au Tourisme, la mise en place d’une classification des établissements d’hébergement, et la revalorisation du tourisme québécois. Gérard Delage demeure ainsi un acteur majeur dont l’influence a profondément marqué le paysage de l’industrie touristique au Québec.

Les autres noms étaient tous des anciens présidents :

  • 1950 à 1951, Me J.E. Chaput de l’Hôtel Joliette à Joliette
  • 1952 à 1953, Albert Frossard du Ritz Carlton à Montréal
  • 1953 à 1954, Bertrand Garon du Manoir Victoria à Victoriaville
  • 1955 à 1956, Joseph Desbiens de l’Hôtel Chicoutimi à Chicoutimi

Ces figures éminentes ont joué un rôle crucial dans la formation des bases solides de l’association au cours de ses premières années.

Cette année, les hôteliers ont dû gérer bien des déceptions de clients en lien avec le mauvais temps, selon vous, était-ce mieux avant ? Cliquez pour découvrir la réponse!

Voici ce que Gérard Delage avait à dire à ce sujet en 1959 dans son éditorial intitulé : « Par ciel gris : la vie en rose »

Comme disait Mark Twain : « Tout le monde parle du mauvais temps, mais personne ne fait rien pour l’améliorer ! »
Il ne fait aucun doute que la plus grande source de désappointement qui existe à travers le monde est la mauvaise température.
Les parades, les mariages, les pique-niques, les joutes sportives et même les funérailles attirent moins de monde quand le ciel se fait inclément.
La réciproque est également vraie.
Quand il fait trop beau, les marchands d’imperméables, de parapluies, de caoutchoucs et de couvre-chaussures se plaignent amèrement d’une baisse considérable dans leurs affaires.
Allez donc faire plaisir à tout le monde !
Dans le domaine du tourisme, l’excès de pluie ou la pénurie de neige sont des calamités vraiment désastreuses.
L’hôtelier et le restaurateur, de même que tous ceux qui profitent du tourisme, et ils sont légion, s’arracheraient donc le peu de cheveux qu’ils ont sur la tête, s’ils ne faisaient pas contre mauvaise fortune … bon cœur.
Quand le temps est maussade et que les clients s’en plaignent, il ne faut donc pas jouer les chevaliers de la triste figure, mais rayonner de joie comme si de rien n’était.
Ce qui revient à dire que, même en face des intempéries, le patron doit toujours être un Roger-Bontemps.
Le patron, et tous les membres de son personnel.
Mais encore là, la politique du sourire n’est pas tout, même s’il est fendu jusqu’aux oreilles.
C’est ici qu’un intérieur accueillant, une décoration pimpante et une atmosphère joyeuse et intime infuseront nécessairement du soleil dans la maison.
Si vous ajoutez au sourire du patron et à la belle façon de l’établissement des repas réconfortants, des jeux de société, de la danse, du cinéma ou tout autre passe-temps d’intérieur, vous avez alors gagné la partie.
Par contre, si le climat est aussi lamentable à l’intérieur qu’à l’extérieur, le client s’empressera de retourner chez lui avec de bien tristes souvenirs.
Parce que, vous voyez, quand on quitte sa maison, c’est pour trouver mieux ailleurs.
Si tous ceux qui recherchent le voyageur n’ont pas tout ce qu’il faut pour l’intéresser, beau temps, mauvais temps, ils font mieux de fermer leur porte.
Car, en définitive, qu’on le veuille ou non, le propre de la température c’est d’être capricieuse : n’oublions pas que c’est un mot féminin.

Gérard Delage
Éditorial, La Revue Hôtellerie, Septembre 1959

Outre la conclusion provenant d’une autre époque, disons que le texte a plutôt bien vieilli !

La bible a longtemps été un objet très présent dans la plupart des chambres d’hôtels au Québec et ailleurs dans le monde. Selon vous, quelles sont les raisons qui expliquaient ce lien entre la bible et l’hôtellerie ?

Toutes ces raisons expliquaient ce lien entre la bible et l’hôtellerie :

– Il s’agit d’une pratique plus que centenaire
– L’objectif de l’association des Gédéons étaient de retrouver une bible dans chaque chambre où ils se déplaçaient.
– Les bibles étaient généralement offertes gratuitement aux hôteliers
– Elles permettaient de réconforter les âmes esseulées…et même éviter des suicides
– C’était un moyen d’amoindrir le fait que les hôtels étaient parfois considérés comme des lieux de péchés
– Cela était ancré dans les pratiques, sans remise en question

En effet, il y a plusieurs raisons qui expliquent cette tradition bien connue de l’ensemble des hôteliers. Nous vous invitons à consulter un très bon texte du Devoir de 2017, rédigé par Diane Précourt, qui explore les multiples raisons de cette présence dans les tiroirs des tables de chevet.

Lien de l’article : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/162080/voyageries-la-bible-dans-les-chambres-d-hotel-c-est-sacre

Voici également plus haut une petite photo tirée de La Revue Hôtellerie datant de 1949 qui annonce une entente entre l’Association des Hôteliers et la Société Catholique de la Bible pour l’impression de milliers de copies au coût de 1,00$ l’unité.

Lors de votre prochain séjour à l’hôtel, prenez le temps de vérifier si la bible s’y trouve toujours!

Le Westin Mont-Royal (maintenant Omni Mont-Royal) a été témoin d'un célèbre mariage en 1994, lequel ?

La bonne réponse est effectivement René Angélil et Céline Dion. Ils se sont mariés le 17 décembre 1994, au Westin Mont-Royal (maintenant Omni Mont-Royal). 
 

Céline Dion lors de son mariage avec René Angélil à Montreal le 17 décembre 1994, canada (Photo by PONOPRESSE/Gamma-Rapho via Getty Images)

Plus de 500 invités étaient présents, sans compter les 200 médias venus des quatre coins du monde pour couvrir cet événement.

À l’époque, on estimait que le budget pour les fleurs uniquement oscillait entre 100 000$ et 200 000$!

Au menu, on y retrouvait notamment du tartare de saumon, des ravioles de confit de canard, une jambonette de volaille et une trilogie de sorbets.

Fidèle à la passion pour le jeu de René Angélil, un casino avait été installé et chaque invité avait reçu 3 000$ de jetons.

On imagine que tous les employés de l’hôtel qui ont travaillé de près ou de loin à l’organisation de cette journée mémorable en gardent de merveilleux souvenirs.

Travailler en hôtellerie, c’est aussi être témoin d’événements qui marquent l’histoire!

Quelques témoignages

À votre tour, partagez-nous vos anecdotes! Que ce soit une expérience inspirante, une rencontre mémorable ou une réalisation particulière, chaque histoire contribue à tisser la trame de notre association.

Comment participer ? C’est simple ! Écrivez-nous à communications@hotelleriequebec.com et partagez votre histoire.

Ensemble, donnons vie à ces souvenirs qui ont façonné l’AHQ au fil des décennies. Merci de prendre part à cette célébration collective, de belles surprises vous attendent!

Les nouvelles du 75e

75e anniversaire de l'AHQ

L’Association Hôtellerie du Québec célèbre ses 75 ans en 2024 !

Sortez tambours et trompettes, l'Association Hôtellerie du Québec célèbre cette année ses 75 ans d'existence. 2024 sera marquée par de réguliers retours dans le passé, jusqu’en 1949, afin de retracer l’histoire de l’AHQ. Pour l'occasion, nous sommes très fiers de vous dévoiler notre nouveau logo, qui nous accompagnera tout au long de cette année festive, soulignant cet anniversaire important. Tout au cours de l'année, il y aura des témoignages rappelant les 75 ans de l'AHQ. Nous travaillons d’ailleurs au développement d’un livre pour rappeler ces 75 ans d’histoires et de…